Nadja vous informe

Nadja > Mille Facettes > La génèse

Milles Facettes

La génèse

Dans le cadre de ses activités, Nadja reçoit de nombreux adultes (enseignants, éducateurs, animateurs, intervenants psycho-médico-sociaux) confrontés à des jeunes qui adoptent des conduites addictives (consommation de drogues légales et illégales, rapport problématique au jeu, à la nourriture…).

Leur demande initiale consiste en une intervention auprès de ces jeunes en tant que spécialistes dans le domaine des assuétudes. En filigrane, ces adultes espèrent que « les experts » de NADJA vont divulguer des informations irréfutables permettant de démontrer le danger des conduites addictives, dont principalement la consommation de drogues.

Or, de nombreuses études ont démontré que les informations centrées uniquement sur les effets des produits ne s’avèrent pas efficaces pour modifier un comportement de consommation. Elles risquent même d’être contre-productives, d’éveiller l’intérêt pour les produits.

Ce savoir sur les produits est certes nécessaire mais doit s’intégrer dans une approche globale de la problématique qui tient compte du vécu des jeunes et des différents contextes dans lesquels ils évoluent.

Ces adultes qui sont en contact régulier avec les jeunes dans leurs différents milieux de vie sont à même d’établir un dialogue avec leur public, d’aborder la problématique de consommation et d’amener une réflexion sur les conduites à risque. Ils pourront également gérer de nombreuses situations dans les limites de leur fonction. Seules les situations jugées trop complexes nécessitent un accompagnement vers des structures de prise en charge.

Cependant, ces adultes communiquent souvent leur sentiment d’incompétence pour aborder ce thème. Soit ils n’ont jamais expérimenté de drogues et se sentent démunis pour délivrer des informations; soit ils en ont fait l’expérience lorsqu’ils étaient adolescents et se sentent mal à l’aise pour donner des conseils.

« Je n’y connais rien » ;
« Ils en savent plus que moi » ;
« J’ai fait l’expérience de certaines drogues quand j’étais jeune, je suis donc mal placé pour leur en parler » ;
« Comment ne pas les moraliser  ? »;
« Ne vais-je pas susciter la curiosité ? » ;
« Est-ce bien mon rôle ? »

Ils soulignent également le manque d’aide méthodologique actuellement accessible et le manque de temps pour pouvoir se former.

C’est à ce stade que « Mille facettes » intervient pour donner à ces adultes relais les moyens pour atteindre leurs objectifs.

« Mille Facettes » est un outil pédagogique, dont la forme souple, attractive et évolutive constitue un nouveau point d’appui pour accompagner les adultes dans leur rôle d’acteurs de prévention en matière d’assuétudes.

Cet outil aidera l’animateur à ouvrir le dialogue avec les jeunes, depuis la fin de l’enseignement primaire jusqu’à la fin des humanités, en situant l’usage de produits psychotropes dans leurs préoccupations et motivations de jeunes.

Les thèmes développés jettent un pont entre les générations en recadrant la consommation de produits psychotropes dans diverses facettes à l’œuvre dans toute expérience humaine : la dépendance, la modification de conscience, le rapport aux normes, l’appartenance à un groupe, etc.

L’objectif de « Mille facettes »

Il consiste à favoriser la communication des jeunes avec les adultes qui les entourent ; à les amener à découvrir les différents aspects de leur identité (polarités) ; à identifier leurs besoins, valeurs, motivations, émotions et sentiments ; à analyser leurs comportements et attitudes ; à donner sens aux conduites qu’ils adoptent ; à développer une image d’eux-mêmes valorisante ; à s’exprimer ; à s’intégrer dans un groupe en affirmant leur individualité et en respectant la différence de chacun ; à apprendre à vivre ensemble dans l’écoute de chacun ; à intégrer des repères internes et à donner sens aux limites extérieures ; à concevoir des projets de vie ; à s’engager dans la réalisation de projets collectifs.

Bref, l’objectif consiste à développer des compétences transversales utiles dans tous les domaines de la vie en plus de connaissances et compétences directement liées à la problématique des assuétudes.

Il s’agit donc d’inciter les jeunes à être acteurs de leur santé et de leur bien-être ; à participer à des projets collectifs ; et de leur faire acquérir un savoir objectif et critique sur les assuétudes.